La « Semana Santa » de Séville possède une renommée universelle. Près de 50 000 personnes portent l’habit de pénitent pour défiler dans les quelques 58 processions qui sont organisées à travers la ville. C’est un événement d’une intensité esthétique et spirituelle unique en son genre.

Entre le dimanche des Rameaux et le dimanche de la Résurrection, la piété, la musique et le dynamisme des confréries rassemblent toutes les générations et toutes les classes sociales pour commémorer la mort de Jésus Christ dans une ambiance de ferveur baroque, à la fois grave et joyeuse.

Les confréries sortent des églises les images pieuses de bois sculpté portant des manteaux brodés, des tuniques de velours et des couronnes d’or ou d’argent. Installées sur des autels décorés de fleurs fraiches (los pasos) et portées sur de dos des “costaleros” elles défilent dans la ville au son des tambours et de la musique.

Au détour d’une rue, une jeune femme chante une « saeta » depuis un balcon.
Manifestation de la dévotion populaire la « saeta » est un chant poétique improvisé, en l’honneur d’un « paso ». Interprétée à capella, elle trouve son origine dans la tradition musicale flamenca, empreinte de beaucoup de lyrisme et d’émotion.

Laisser un commentaire

*

code